Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 12:50

Que ce fut long ! Mais j'ai enfin retrouvé la volonté de relancer mon blog !

Toutefois, plus d'Overblog, ici c'est bien trop limité (surtout pour le développeur web que je suis devenu).

Maintenant cela se passe donc sur REUNION.TOKYO !

Eh oui, superbe nom de domaine et tout ;). Enfin bref, tous les articles ont été copiés là-bas et tous les nouveaux articles ne seront plus publiés ici (forcément).

Sayonara donc Overblog et rendez-vous sur reunion.tokyo !

Je fermerai tout ici dans quelques temps.

Partager cet article

Published by Rom B.
commenter cet article
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 04:26

J'adore Tokyo, j'ai décidé de m'y installer mais rien n'est jamais parfait et la chose que je n'aime vraiment pas dans cette ville c'est son climat hivernal ! En effet Tokyo est sous un climat subtropical humide, dont je vous donne la définition selon Wikipédia: 

"Le Climat subtropical humide, appelé parfois, mais de manière imprécise Climat chinois(Köppen Cfa orCwa), est une zone climatique caractérisée par des étés chauds et humides ainsi que des hivers frais1. Les masses d'air étant caractérisées par des flux méridiens, les températures peuvent augmenter ou chuter très brutalement."

Pour en savoir plus, c'est par ici (lien Wikipédia)

 

L'hiver n'est donc pas spécialement froid, autour de 0°c la nuit et 5-10°c la journée mais ce que je n'aime vraiment pas, c'est que l'air est très sec. En effet l'humidité ambiante est d'environ 45% en hiver . Pourquoi ? Parce-que l'humidité est bloquée à l'Ouest par les montagnes, il y a donc de fortes précipitations neigeuses sur la côte occidentale, tandis-que Tokyo en particulier est extrêmement ensoleillée l'hiver. Alors au début on peut trouver cela plutôt plaisant, mais à la longue (sur plusieurs mois) cela devient pénible. La peau tire et je rêve alors de quelques gouttes de pluie ou de flocons de neige. Il fait froid donc je peux dire au-revoir au surf, n'ayant pas les moyens de me payer tout l'équipement pour surfer l'hiver. Le ski/snowboard ? Bien trop cher aussi. Il ne me reste plus qu'à attendre que cela se passe, la bouilloire électrique allumée pour faire de la vapeur (et humidifier ma chambre). Alors je sais aussi que ceux qui ont la malchance d'avoir une chambre tournée vers le Nord, souffrent de l'humidité stagnante. Ce doit être aussi pénible !  Mais quel paradoxe quand moi je cherche comment humidifier ma chambre l'hiver !
J'ai aussi la particularité physique d'avoir les mains froides très vite, ce qui peut être handicapant quand on veut faire des choses précises avec ses mains (comme taper au clavier). Peut-être qu'ayant vécu à la Réunion, je suis beaucoup plus habitué à la chaleur. En effet l'été Tokyoite peut être pénible mais je ne comprends pas vraiment ceux qui l'évitent comme la peste ! Les journées sont plus longues, aux heures les plus chaudes on peut se réfugier chez soi avec la clim (qui est quand même plus supportable que le chauffage à mon sens). On peut siroter une bonne bière en mangeant des sushis pour se rafraichir, on peut aller se baigner dans une rivière ou à la mer. Enfin c'est logique non ? Si pour une raison ou pour une autre, vous vous retrouviez en hiver à devoir dormir dehors sans les cartons et autres duvets que les sans-arbris locaux ont, vous pourriez bien mourir d'hypothermie ! En été rien de tout ça. La logique veut donc que l'humain soit beaucoup plus adapté à l'été et que si vous aimez l'hiver c'est bien parce-que vous n'avez pas à dormir dehors, ou à y passer du temps CQFD ! ;-)
Non bon je vais pas être de mauvaise foi, les goûts et les couleurs (patati patata)... 
Tout ça pour dire que l'été arrive ENFIN ! Je vais pouvoir reprendre mes petits surf trip vers Chiba ou Kanagawa et me promener en T-shirt et ça ben c'est cool !

Partager cet article

Published by Rom B.
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 03:21

 

Oui en ce jour pluvieux il fallait bien que je prenne un peu de temps pour écrire un article. J'ai pas mal d'idée en tête mais ce n'est pas toujours simple de le trouver ce temps !

Je vous préviens, cet article n'a pas vraiment de thème spécifique, ce sera un peu fourre-tout.

 

Première chose, je suis un peu déçu d'Overblog. Ayant créé mon compte en 2009, je ne peux pas accéder à l'application dédiée sur smartphone, vraiment dommage ! Aussi je pense peut-être migrer mon blog sur un truc plus « pro ». Ben oui, je suis quand même programmeur web, je peux plus ou moins administrer un serveur linux. Il ne me serait pas trop difficile je pense de faire un truc plus personnel c'est vrai. Mais Overblog est gratuit et simple. Donc pour le moment, la balance ne penche pas tout à fait d'un côté ou de l'autre donc eh bien je laisse comme ça.

 

Parlons un peu de mes péripéties récentes, je suis à nouveau en stage et en suis déjà à la moitié. Ça ne se passe pas trop mal, mieux que la dernière fois. C'est plus carré, je ne dois pas forcément chercher moi-même du boulot, en quémander et puis parfois abandonner car tout le monde avait l'air occupé. Là non, la mécanique est plutôt bien huilée, toi tu fais cette partie là, toi l'autre etc... Je préfère je dois dire. Je sais ce que l'on me demande et je ne suis pas perdu avec un manager qui me demandait des choses vagues et qui me disait tout le temps : « tu sais il y a plein de japonais qui ont la rage, la passion pour bosser ». Ah oui ? Ben va chercher un mec tout jeune comme moi qui sort d'une école technique, il sera aussi perdu que moi.

Vous comprendrez que j'ai encore beaucoup de rancoeur mais au moins l'actuel me plaît plus, c'est déjà ça. Mais vous connaissez la meilleure ? Mon stage actuel se passe dans un environnement 100% japonais et assez jeune. Eh bien ils sont beaucoup plus sympas. Comme quoi...

 

Certains d'entre-vous doivent le savoir, c'était la fameuse et annuelle « Golden Week » en ce début Mai. C'est une suite de jour fériés qui font que cette année par exemple, on a eu une semaine entière avec seulement 3 jours travaillés et son week-end prolongé avec un Lundi férié en plus. Nombreux sont donc les japonais qui prennent 3 jours de congés pour se payer du bon temps sur une bonne semaine. Alors bon, le problème c'est que tout le monde le fait en même temps et que forcément les endroit intéressants et les avions augmentent de façon massive leur fréquentation. Toutes les offres d'hébergement augmentent etc.

Mais où suis-je donc allé finalement ? Eh bien je suis tombé, juste avant cette Golden Week, sur un article de Kanpai traitant d'un endroit à Chiba, accessible en Ferry depuis Kanagawa et menant à un village dominé par une montage, autrefois siège d'une carrière, d'où son nom « Nokogiriyama », la « montagne scie ». Je ne vais pas vous en parler trop précisément car cette sortie fera l'objet d'un article à part entière. En attendant, on va faire un petit « teaser » avec une photo :

 

  nogokiriyama-0267.JPG

 

 

 

A part ça je suis aussi allé au zoo de Ueno, qui est gratuit lors du « midori no hi » (jour de la nature, midori veut dire vert ou verdure en fait.) avec un coin spécial Madagascar que je n'avais pas vu la dernière fois que j'y étais allé. Je n'ai pas pu voir le Panda car il fallait faire 2 heures de queue (on se croirait au Tokyo Game Show lors des journées publiques) mais les autre animaux étaient bien visibles. La grandeur du Zoo a suffit à absorber le flot de visiteur.

Sinon ben je n'ai pas grand chose de passionnant à vous dire. Je suis plutôt heureux que l'été arrive, cela me rappelle la Réunion et puis c'est vrai que la première fois que je suis venu au Japon, c'était l'été donc les souvenirs remontent ! Ayant vécu jusqu'ici dans un environnement humide et chaud, je supporte mal les épisodes parfois très secs à Tokyo. Enfin bon, ce qui est cool c'est que l'été Tokyoïte ressemble beaucoup au Réunionnais, et en plus c'est lors de cette saison que ma passion pour la météo reprend du poil de la bête. Orages et Typhons, je vous attends (bon pas trop fort quand même pour les typhons) ! Ah oui chose importante, je vais pouvoir refaire du surf/bodyboard ! Cette fois, je ne pourrais malheureusement pas rentrer à la Réunion mais je me console en me disant qu'avec les derniers événements tragiques pour les surfeurs de la Réunion, je n'oserais pas me mettre à l'eau avant un bout de temps sur l'ile qui est devenue un peu trop intense...

 

Voilà, je crois que ce sera tout ! Avec quoi pourrait-on se quitter ? Allez après avoir bien cherché je vous mets la bande-annonce de « l'été de Kikujiro », un film de Takeshi Kitano plein de poésie. Je me souviens l'avoir vu au collège, j'avais beaucoup aimé et ce doit être une des pièces de l'immense puzzle qui s'est construit dans ma tête et qui m'ait fait venir au Japon. Désolé la qualité n'est pas très bonne mais difficile de trouver mieux en sous-titré Français.

 

 


 

 

Partager cet article

Published by Rom B.
commenter cet article
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 14:11

4092898500_572c94582e_b.jpg

 

Tokyo, partie d'une aire urbaine atteignant 37,5 millions d'habitants. Plus de 13 millions d'habitants habitent en son centre. Tokyo pourrait être vraiment difficile à vivre avec une telle population et pourtant c'est une mégapole qui marche relativement bien, voire même mieux au regard de beaucoup de personnes que notre capitale française, Paris. Comment donc les Tokyoites font pour que les choses se passent plutôt bien dans leur vie de tous les jours ? Quel est le secret de la plus grande mégapole du monde ? J'y vis depuis plus de 3 ans maintenant et j'y vois plusieurs raisons possibles :

 

-La civilité : les japonais aiment les règles et les respectent. Cela est probablement culturel. Ils savent que si personne ne respecte les règles définies, toutes simples, comme laisser descendre les gens sortant du métro, ramasser les crottes de leur animal de compagnie ou le fait de ne pas jeter ses ordures n'importe où, cUne rue de Tokyo, près d'Harajuku.ela se passera beaucoup mieux, pour tout le monde.

 

-Le service : tout est "service" au Japon. On ne doit, dans la mesure du possible, ne jamais décevoir l'usager ou le client. Il y a une véritable volonté d'être poli en tout circonstace et de ne jamais manquer à ses obligations. Encore une fois, probablement un trait culturel que je n'ai jamais retrouvé dans aucun autre pays, même en asie.

 

-Le transport : cher mais ultra-performant. Les transports en commun ne sont que très rarement en-retard de plus de 5 minutes et les employés n'hésitent pas à vous aider et rembourser votre trajet en cas d'incident sur la ligne (cela m'est déjà arrivé). Encore une fois, cette culture du service. Avoir une voiture personnelle à Tokyo coûte très cher.

 

 

                                                                                                                                                    

 

-Tokyo est pratique : conbini (supérettes ouvertes 24h/24), voire supermarchés ouvert aussi sans interruption, pareil pour beaucoup de drugstores. Centres commerciaux ouverts jusqu'à 21h30 en moyenne. Tokyo est un temple de la consommation à toute heure de la journée. Mais que c'est pratique ! Jamais en fait vous n'avez à penser à acheter en avance. D'ailleurs les rations vendues dans les supermarchés au Japon sont souvent très petites, obligeant à y retourner souvent. Au format conbini par exemple nous avons des tomates vendues seules, 105 yens. Beaucoup de fruits sont vendus à l'unité. Vous vouliez un plat de spaghettis carbonara à 3 heures du matin ? Pas de problème, on a ce qu'il vous faut. D'ailleurs ça me fait penser à un petit sketch des Nuls, avec l'épicier arabe. En fait à Tokyo, vous avez l'équivalent d'un épicier arabe de ce style tous les 200 mètres en moyenne ;-).

 

 

Toutefois, le véritable truc qui passionne les étrangers et qui est extrêmement pratique, c'est le "100 yens shop". Comme son nom l'indique, tout est à 100 yens ou presque ! Il y en a de plus ou moins gros mais tous vendent des babioles pour la maison, de la nourriture, des boissons etc. Vous pouvez ramener plein de petites choses typiquement japonaises rien qu'en fouillant dans les 100 yens shops ! Même LAWSON, chaine de conbini à la base, s'est mis au 100 yens shop ouvert 24h/24.

Bon allez une petite visite d'un de ces 100 yens shops (désolé pour la musique de Titanic) :

 

 

 

 

-La sécurité : Tokyo, est probablement une des capitales les plus sures du monde. Peu de vols, peu de criminalité, des policiers qui patrouillent en bicyclette... Une fille seule peut très bien sortir seule en pleine nuit sans qu'elle ne soit importunée. De ce côté là, Tokyo offre une tranquilité d'esprit sans égal. Les raisons sont probablement encore d'ordre culturel. Difficile à dire. Disons qu'il y a bien de la criminalité au Japon, mais elle est très organisée et hierarchique : les yakuzas. Mais ils ne se voient quasiment pas. C'est plutôt de la criminalité en col blanc je dirais. 

 

Voilà je crois que j'ai fait le tour de pourquoi Tokyo est une capitale exemplaire selon moi. Elle a aussi beaucoup de défauts, comme une architecture tenant plus du patchwork que d'une véritable harmonie, un coût de la vie un peu cher (notamment l'immobilier), mais c'est sans doute une des super-mégapoles du monde les plus faciles à vivre. En fait elle ressemble un peu à Singapour en Asie. Sauf que cette ville-Etat peu démocratique y met des règles extrêmement strictes (interdiction du chewing-gum) alors qu'à Tokyo, rien de tout ça, tout le monde fait en sorte de ne pas trop déranger les autres et ça, de mon avis, beaucoup d'autres populations devraient en prendre un peu de graine ;-). Ce qui est bien c'est que les Tokyoites ont la liberté de péter un peu les plombs dans certains quartiers. Il n'est pas rare de voir des salarymen s'endormir sur le trottoir à Shibuya après avoir trop bu. Ce qui souligne encore une fois, le très bon niveau de sécurité ici !


 

Partager cet article

Published by Rom B.
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 17:53

C'est ce que pourrait dire un metteur en scène ou réalisateur dirigeant ses acteurs. Et pourtant ce sont des mots qui sortent de la bouche de ceux me conseillant pour ma recherche de travail. De l'"envie" ! Voire même montrer la "rage de vaincre" à ceux qui pourraient me donner un travail. Sauf que je ne suis pas très doué pour jouer les hypocrites. Car c'est plutôt d'hypocrisie dont on parle au Japon lorsque vous devez chercher du travail. Vous croyiez que les japonais étaient plutôt discrets, fermés, ne montrant que peu leurs émotions ? Vous aviez tort. Enfin presque ! Si cela est vrai globalement, dans le monde du travail ce n'est pas toujours le cas. En fait les employeurs japonais sont peu regardants sur ce que vous savez vraiment faire, le tout est d'être prêt à vous démener pour l'entreprise et ça il faut que votre corps l'exprime, si possible même en exagérant beaucoup. Tout marche à l'apparence ! Comme dans mon article précédent, j'expliquais qu'il fallait systématiquement sortir le costard cravate, le CV écrit à la main et tout autre artifice pour réussir votre véritable cour au recruteur. L'hypocrisie comportementale exagérée en fait partie et je ne pensais pas que les japonais pouvaient y être aussi sensibles.
Alors que faire ? Franchement, je suis pas mauvais à l'oral. Mais jouer la comédie, qui plus est dans une langue que je viens d'apprendre, n'est franchement pas chose aisée ! Moi qui ai cru un moment que l'honnêteté pouvait être récompensée en ce bas monde. Enfin je suppose qu'elle l'est parfois, mais pas dans ce cas de figure. Ou alors la solution est d'être vraiment enthousiaste ! Mais qui peut vraiment se targuer d'être enthousiaste pour son boulot ou pour aller à un entretien ? Même l'entreprise de vos rêves se chargera toujours de prendre vos 8 heures par jour, 5 jours par semaine, et simplement de vous retribuer en argent. On dit que le temps, c'est de l'argent. Mais le temps me semble irremplaçable par l'argent. Rien ne peut remplacer chaque seconde que vous êtes en train de vivre. Alors oui on peut se dire "Mais le boulot, c'est une excellente expérience !". Certes, mais au choix je n'en ferai pas plus de 60% de ma vie. Paresseux ? Non, j'ai toujours eu un tempérament assez vindicatif et libre, je déteste que l'on me mette une laisse en me disant "mais tu vas voir, un salaire, tu seras plus libre ! Travaille et tais-toi maintenant". A quoi bon avoir un salaire si je n'ai pas de temps ?
Bon maintenant, vous vous dites : "Mais qu'est ce que tu fous au Japon bordel alors ? Arrête de te plaindre !". C'est vrai que je me plains souvent, en bon français peut-être. Le Japon est aussi un défi, un enrichissement personnel, une aventure humaine aussi. J'ai la chance d'avoir une superbe famille derrière moi et un amour que j'aime plus que tout et qui malgré mes accès d'exaspération face à la recherche de travail, me donne beaucoup de courage pour avancer.
Mais je ne suis pas le seul. Nombre de japonais deviennent des "freeters" (vivant de petits boulots), pour être plus libres. Malgré le fait que cela paye parfois très mal et que tu ne peux pas vraiment voir à long terme avec ce style de vie. Mais ils sont un peu plus libres que les autres peut-être.
En fait j'ai pas envie de devenir complétement japonais en me disant "mais j'y peux rien". Si vous ne faites que travailler, en fait, vous ne faites rien de spécial pour la société, si ce n'est contribuer à son économie. La réflexion sur le bien-être et le bonheur dans ce pays (que j'aime pour beaucoup d'autres raisons) semble avoir été abandonnée depuis longtemps au profit du tout économique. En témoigne l'élection de Shinzo Abe, qui n'a de mérite que de faire de la dévaluation compétitive pour essayer de relancer le pays, je le remercie quand même car mon pouvoir d'achat a énormément augmenté ces derniers temps, étant donné que je vis avec des euros. Mais rien d'autre ne filtre, les gens ne comptent que sur leur porte-monnaie pour avoir accès au bonheur etc... Mais comment y accéder quand un pays ne se préoccupe même plus du service public dédié à la petite enfance ? Ou du droit des travailleurs à un peu plus de temps libre ? On ne fait que prendre les mêmes pour recommencer : centrales nucléaires tu redémarreras et peuple tu encourageras à travailler toujours plus. Pour quelles raisons ? A quelles fins ? Nos visions sont tellement courtes-termistes !
Enfin bref, je vais arrêter ici mon pavé. Merci à ceux qui ont tenu tout du long, en écoutant ma rhétorique de café du commerce ;-).

A bientôt pour de nouvelles aventures.

 

PS: Je suis désolé pour le formatage un peu bizarre de la police, l'éditeur d'Overblog, n'étant pas ce qu'il y a de plus performant, surtout quand on colle un text édité dans un autre traitement de texte :(.

Partager cet article

Published by Rom B.
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 02:10

Cela fait maintenant de nombreux mois que je cherche du travail, voguant entre entretiens, écritures de mes CV japonais à la main (avec le mal au poignet qui s'en suit, ou la crise de nerfs car j'ai raté un kanji et que je dois tout recommencer) voire des stages. Comme en France, la recherche de travail est un parcours du combattant lorsque vous êtes nouveau diplomé et en plus, gros désavantage, étranger. Et pourtant on me dit ça et là "mais tu vas trouver, l'informatique ça recrute !". Non, enfin oui, il y a des postes mais pas beaucoup pour les nouveaux diplômés.

 

On va aborder de suite le premier thème : le CV.

Ah le bon vieux CV japonais ! Il ne ressemble en rien au CV français. Les français ne mettent plus vraiment de photo (c'est au choix), ne l'écrivent plus à la main surtout ! Mais quand tu es au Japon, que tu viens de sortir, de l'université ou de l'école technique, tout frais, tu dois montrer tout de suite ton enthousiasme et ta capacité à te casser le c*l (pardon) en écrivant ton CV. Alors bien sûr il faut écrire clairement et aucune rature n'est acceptable, on recommence tout si on fait une erreur.

Mais le CV n'est pas que CV, il inclut tout dedans ! La lettre de motivation et une petite explication sur le passé personnel du candidat. Enfin surtout, le clou du spectacle, la cerise sur le gâteau, le bouquet final, l'étincelle qui met le feu au poudre : la photo (*avec une voix démoniaque*). Première chose dont vous aurez besoin aussi en entretien : le costard. Oui, pas de photo sans costard cravate qu'on vous dit sinon l'employeur lui, il se dit : "oh lala, quel original petit fainéant qui a pas d'argent pour faire son petit salaryman ou sa office lady au garde à vous". Et vlan ! Le CV que avez mis 2 heures à écrire, poubelle. Le japonais qui fera du zèle n'ira pas au photomaton (700 yens les quatres photos *haha*), non il ira chez le photographe payer 10 fois plus cher pour avoir la photo de sa vie encravaté. Vous l'avez compris donc, vous ne donnez par d'argent à l'employeur pour qu'il vous considère mais c'est tout comme. Allez vous faire voir les clodos, payez-vous un costard et au moins un photomaton, sinon ça fait négligé. Bon bien sûr au Japon on n'en à rien faire de tout ce qui est concept CV anonyme etc. Après cette petite description écrite, passons à l'image pour mieux comprendre (cliquez dessus pour mieux voir) :

   resume_img01-copie-1.png


Sur ce, passons à la deuxième étape si vous avez passé celle du CV (et de l'examen écrit si c'est une grosse entreprise) : l'entretien.

Ah les entretiens ! Tout d'abord il faut bien prendre rendez-vous, donc l'employeur il vous envoie un e-mail : "Bravo, vous avez été sélectionné, venez-donc taper la causette ! Pas besoin de costard cravate, vous êtes libres de venir en haillons.". J'adore encore l'hypocrisie du truc car si vous venez avec vos habits habituels, ce sera la porte.

Comme en France, on tombe sur tout types de personnes. Du mec sympa, au patron de PME qui arrive en crocs mais le pire auquel j'ai eu affaire, c'est celui qui avait sommeil. Forcément il me convoque et me demande de choisir une heure entre 20 et 22 heures (quoi ?? Mais rentre chez toi mon pauvre). Je choisis 20 heures, car faut pas éxagérer. Et ce qui devait arriver arriva : monsieur se présenta yeux rouges, baillant aux corneilles. Il sort difficilement mon CV, le pose sur la table et me dit : bon, expliquez-moi votre CV. Et là, un silence s'installe. Moi dans ma tête : mais bordel c'est qui ce type ? Heureusement un de ses collègues arriva. Celui-là par contre n'était pas avare de questions, il en posait trop même ! Sur mon enfance etc. Des trucs sacrément personnels quoi. On en ressort en se rongeant les doigts, en se repassant la scène des centaines de fois dans la tête à la recherche de la petite gaffe. Sympa quoi...

Entre quelques jours et 1 mois, arrive la réponse : soit c'est "désolé blabla...", sans bien sûr te dire les raisons avec un petit "ganbatte kudasai" (tenez-bon, courage !) ah merci mais je veux avoir du courage chez vous, c'est possible ? Non ? bon... Soit vous passez à l'étape suivante, en général un deuxième entretien, auquel je n'ai pas vraiment eu affaire.

Comme pour le CV, l'entretien doit se parer d'une hypocrisie parfois grossière. Il faut réfléchir à pourquoi on veut travailler dans cette entreprise machin chose. Bien sûr vendre son petit corps, sa force de persuasion ! Je suis le plus beau, c'est qui moi ai envie... PRENEZ-MOI BORDEL J'AI BESOIN D'ARGENT POUR VIVRE !!!!! Ah ça fait du bien.

 

Passons à l'étape bonus, celle du stage : j'en ai fait deux, bon le premier était sympa. Mais c'était deux semaines dans la petite entreprise d'un ami (3 personnes en tout). Bref pas grand chose à voir avec les entreprises japonaises, malheureusement il ne peut recruter personne à l'heure actuelle.

L'autre par contre, que je viens de finir, était aussi dans une PME de 11 personnes je crois. Il y avait 2 français et le manager parlait lui aussi français. Au début ça allait, j'essayais de faire de mon mieux, on me demandait des trucs tout nouveaux, souvent du "coding" HTML/CSS (alors que je suis plutôt PHP pour ceux qui connaissent), d'accord je fais, bon c'est pas parfait que l'on me dit, je refais etc. Un truc NORMAL quoi, je fais de mon mieux j'ai jamais bossé. Mais non on vient tergiverser : "il faut vraiment que tu penses que ce soit parfait de chez parfait avant de nous le montrer, t'auras pas toujours quelqu'un derrière toi, montre un peu plus d'envie aussi hein, il faut que tu t'intéresses plus, que tu fasses des choses toi-même".

Les deux semaines initalement prévues se transforment en 1 mois. Je continue, je fais des choses qu'ils disent apprécier ("ouah sympa le diaporama en CSS3 pour le site mobile." Ouais parce-que votre copié collé d'une diapo Jquery était plutôt moyen hein). Ouah sympa la lightbox (petite boite qui apparait quand on clique sur une photo pour mieux la voir, d'ailleurs Overblog n'en fournit pas) pour ce site. Oui effectivement vous aviez laissé en plan s'ouvrir les images dans un nouvel onglet, ça c'est du professionalisme effectivement. Moi je dois faire les choses parfaitement (enfin presque, fallait que j'atteigne 50% selon leurs critères, j'en étais qu'à 10... Ah bon.), vous non ça va, on a pas besoin de passer derrière (grrr).

Le premier mois s'est vu prolongé de 3 semaines. OK allez, on va faire mieux, on va se bouger un peu les fesses. Je demande du boulot, j'apprends des choses, j'essaie d'améliorer des trucs sur leurs sites. Plutôt positif quoi, même si ils ne me proposent pas toujours des choses et que c'est difficile d'occuper à 100% une journée de 8 heures. Je ne déjeune pas toujours avec eux car ça coûte cher. Du coup je mange vite-fait un bento (plat préparé) et il me reste au moins une demie-heure pour dormir un peu pendant qu'ils sont partis manger tous ensemble. Je m'endors sur le canapé, rien de mal quoi ils font bien la sieste chez Google. Je m'excuse même (me disant quand même qu'il pourrait trouver ça bizarre) auprès du manager ! Lui expliquant que j'avais besoin d'une petite sieste pour mieux bosser l'après-midi. OK pas de problème qu'il me dit. En plus j'ai déjà vu 2 ou 3 salariés en faire une en cachette pendant que le manager était de sortie (juré craché !). J'écoute un peu de musique dans mes écouteurs pour me motiver de temps en temps, comme tout le monde. Je dis tout ça car malgré mes efforts et ma patience, le manager me contacte lundi dernier par e-mail (même pas par téléphone) en japonais bien policé (alors qu'il me contactait en français depuis le début) pour me dire que oooh dommage on vous remercie pour vos deux mois d'efforts mais non, pas de boulot coco, bye bye. Les raisons exposées sont vagues voire inventées sur le tard : manque d'intérêt, manque de compétence (oh mon dieu pour un stagiaire), fait la sieste (ah tiens c'est nouveau ce reproche), écoute de la musique trop forte, ne parle pas bien (quoi ? Fallait que j'utilise le japonais hyper policé ?). Que du bonheur quoi, on m'aime bien mais au dernier moment paf dans ta gu*le et bonne chance pour ta recherche de travail.

 

Allez, je vous balance le mail que je n'ai jamais envoyé à ceux qui m'ont jeté au bout de 2 mois environs de stage/période d'essai au black, non payé :

 

Objet : Il y a des fautes d'orthographes de français sur votre site.

 

(envoi d'une image de leur site avec les fautes d'orthographe entourées en gros rouge)


Ca ne risque pas d'attirer le client, ni l'éventuel travailleur français (à moins qu'il soit très en fort en programmation et nul en orthographe mais va falloir chercher...).
Ah et vous direz à monsieur M***web (autre entreprise présente dans le même open-space) qu'il éteigne sa musique sur sa tablette Android. Oui, ça s'entend aussi bien que du bon vieux blues dans des écouteurs. Et chez Google on fait la sieste, pour mieux bosser l'après-midi (et c'est une entreprise qui marche je crois). Et au fait mon dieu, quelle offense de surfer sur internet alors que l'on ne vous donne rien à faire ;-). Ah oui, il fallait trouver des choses à faire. J'en ai trouvé, mais pas assez pour remplir 8 heures par jour (c'est mieux de faire des pauses cigarettes, c'est moins voyant c'est certain, mais je ne fume pas.) et sans doute que ces choses n'étaient pas suffisantes pour impressionner la gallerie!
Mais non je ne suis pas aigri, j'ai appris beaucoup de choses et je vous en remercie.
Toutefois, il y a bien des choses et des paradoxes que je ne comprends pas dans votre entreprise. Merci aussi de m'avoir dit ce qui n'allait pas selon vous, même si vous avez fait un peu de zèle (je pense) pour les quelques raisons que vous avez énumérées.

 

A bon entendeur salut.

 

Sympa hein ? Bon je vous autorise quand même à aller chercher des fautes d'orthographe dans mon article, j'en ai probablement faites vu le pavé que j'ai écrit. Mais au moins, probablement pas les mêmes (faute d'accents, "a" au lieu de "à"), et ils laissent comme ça, parce-que c'est vrai, c'est une entreprise parfaite, on n'a jamais besoin de passer derrière ;-). 

Voilà c'était mes petites aventures de recherche de travail au Japon. Même si il y a des différences avec la France, vous pouvez voir qu'il y aussi des similitudes (aah les stages). 

 

*vidéo bonus*

Merci à la personne qui m'a fait visionner cette vidéo après la lecture de mon article.

Elle montre, sans paroles, comment se passe le "shuukatsu", ou la recherche de travail au Japon. Dans ce cas ce sont les nouveaux diplômés (comme moi). Moi aussi j'ai du me couper les cheveux, me raser la barbe, et porter un costard cravate pour aller écouter, faire des entretiens, tout est bien décrit ! Vous me direz, dans d'autres pays c'est aussi souvent le cas, mais le Japon est particulièrement strict sur les règles qui régissent la sacro-sainte recherche de travail après les études. Moi cela m'arrangerait de distribuer les CV par internet et de faire les entretiens par Skype (je pourrais rester en caleçon au moins *haha*). Comment ça sors de chez toi ? Oui mais pas pour un entretien qui a 80% de chance de se solder par "un désolé, vous avez perdu, retentez votre chance... Enfin pas chez nous hein.". Et puis les costards ça gratte.

Désolé, je divague, voilà la vidéo !  Bientôt vous aurez d'autres nouvelles de mes recherches !

 

 


 

Partager cet article

Published by Rom B.
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 18:25

Mais pourquoi donc ? Afin d'être en phase avec les cerisiers bien sûr !

DSC02332.JPG

Partager cet article

Published by Rom B.
commenter cet article
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 07:47

Oui, étant donné que je fus très occupé ces derniers temps, je pensais de temps en temps à écrire sur le blog mais je ne sais pas, mon esprit était finalement occupé à autre chose !

Enfin bref, je reviens et comme le printemps est maintenant très proche, à Tokyo les jours se réchauffent (20 degrés environs) et quelques cerisiers (sakuras) sont déjà en fleurs ! Ceux-là sont un peu précoces car normalement les sakuras fleurissent aux alentours du 25 Mars à Tokyo. C'est lors d'une promenade vers le parc d'Ueno que j'ai donc découvert ces cerisiers que j'ai pu prendre en photo.

 

cerisiers_2013-0115.JPG

 

cerisiers_2013-0108-copie-1.JPG

 

cerisiers 2013 0111

 

cerisiers 2013 0107

 

 

Partager cet article

Published by Rom B.
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 05:52

On ne l'attendait pas cette neige en abondance aujourd'hui sur Tokyo ! Jusqu'à hier, la "Japan Meteorogical Agency" prévoyait de la pluie. Une erreur qui ne va pas passer inaperçue aujourd'hui car les centimètres s'accumulent dans la capitale nippone et ce d'une façon assez rare puisque depuis que j'habite ici, je n'avais jamais vu autant de neige tomber !

Les trains et la circulation automobiles sont perturbés et les trottoirs glissants. Il faut aussi faire attention à la neige qui tombe des fils électriques.

N'oublions pas non plus qu'aujourd'hui c'était "seijin no hi" soit le jour où les japonais ayant récemment eu 20 ans fêtent leur accession à la majorité. L'année dernière j'avais moi aussi reçu une invitation officielle de la mairie mais j'avais oublié au dernier moment (snif !).

Pour revenir à la météorologie, cette neige est causée pas une dépression atmosphérique de 988hpa qui passe en plein sur Tokyo, le vent souffle donc aussi, en particulier à Kanagawa et Chiba.

Les derniers relevés indiquent 7cm de neige à Tokyo et 13cm à Kanagawa (SO de Tokyo).

 

Je profite de cet article pour vous souhaiter une excellente année un peu en-retard. Avec les photos de neige (un de mes petits marroniers préférés), je vous donne aussi une petite vidéo du lever du soleil du 1er Janvier 2013 avec la SkyTree, toujours la grande star de ce blog.

 

seijin yuki

 

DSC02320

 

pelle neige

 

DSC02306

 

 

 

En bonus, une petite vidéo de la neige depuis ma fenêtre :

 

 

Partager cet article

Published by Rom B.
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 00:30

Voici les résultats des législatives japonaises dont je parlais hier alors que les résultats définitifs n'étaient pas encore sortis :

L'assemblée nationale Japonaise compte 480 sièges.

La coalition Parti libéral-démocrate (PLD) et Komeito (centre, affilié à la Soka Gakkai) remporte largement ces élections avec 325 sièges.

La coalition Parti démocrate Japonais (PDJ) et le Nouveau Parti du Peuple (NPP) tous deux de centre-gauche sont les grands perdants avec seulement 58 sièges contre 232 auparavant. 

L'alliance entre l'"Association pour la restauration du Japon" (droite radicale, populiste) et "Votre Parti" (néo-libéral) devient la deuxième coalition en nombre de sièges au parlement avec 72 sièges !

L'alliance entre le Parti du Futur du Japon (centre-gauche, antinucléaire), le Parti Socialiste Japonais et le Vrai Parti Démocrate remporte seulement 12 sièges.

Le Parti Communiste Japonais (gauche de la "révolution par le vote", antinucléaire) remporte 8 sièges, perdant 1 représentant.

Les indépendants, ont 5 sièges. Mais pas d'info quant à l'élection de ces indépendants soutenus officieusement par le tout nouveau Parti Vert.

Voici un tableau publié sur le site du journal Asahi Shinbun, traduit en Français :

 

elections_2.PNG

 

Le Bilan :

 

Le conservatisme de droite triomphe : 

Le PLD écrase le précédant parti au pouvoir sur une campagne très orientée à droite, reprenant de nombreuses propositions des parti normalement plus radicaux comme la réforme de la constitution, avec une volonté d'avoir une armée conventionnelle et d'être ferme avec la Chine et/ou la Corée du Nord voire la Corée du Sud.

L'Association pour la restauration du Japon et "Votre Parti" sont aussi des partis de droite convervatrice, voire nationaliste, ils devraient se situer à la droite du PLD bien que pouvant parfois s'entendre avec le PDJ.

 

La question nucléaire n'a pas rassemblé les foules :

Bien que le Parti du Futur du Japon (qui n'existait pas vraiment avant, le tableau compte une scission avec le PDJ auparavant me semble-t-il) ait réussi à avoir 9 sièges, soit mieux qu'un Parti Communiste Japonais bien établi, la question nucléaire n'a semble-t-il pas franchement orienté ce vote. Fukushima n'a semble-t-il pas sensibilisé les japonais à la question écologique.

Autre chose, le Parti Vert a été pris de court pas ces élections anticipées et a été obligé de soutenir officieusement des candidats indépendants. Voir cette vidéo reportage du journal en ligne "Aujourd'hui le Japon" :

Les communistes stables sans progression :

Le Parti Communiste Japonais, historiquement bien établi reste à un niveau relativement stable, en légère descente, on ne peut pas parler de crise mais d'incapacité à reconquérir les japonais et surtout d'incapacité à avoir pu surfer sur la question nucléaire. Il ne profite pas de la désaffection pour le PDJ.

Les japonais ont voté sans grand enthousiasme mais ont sévèrement sanctionné le PDJ :

Ce vote comporte des allures de "vote sanction", c'est un carton rouge (ou bleu) donné au PDJ qui a beaucoup déçu. L'abstention est en revanche en hausse (sans avoir les chiffres exacts) et dénote donc un manque d'enthousiasme pour ces élections.



Partager cet article

Published by Rom B.
commenter cet article

Présentation

  • : Un Réunionnais à Tokyo.
  • Un Réunionnais à Tokyo.
  • : Vie d'un programmeur informatique (web) à Tokyo ayant auparavant grandi à l'île de la Réunion.
  • Contact

Dogecoin

Dogecoin-accepted.png

DGLnbSWisjvr71duQPPa2w3vfu7uwX2xDA

Recherche

Twitter

Twitter-64.png

Venez tweeter avec moi ! @Reunion Tokyo Xpress

 


Liens