Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 17:53

C'est ce que pourrait dire un metteur en scène ou réalisateur dirigeant ses acteurs. Et pourtant ce sont des mots qui sortent de la bouche de ceux me conseillant pour ma recherche de travail. De l'"envie" ! Voire même montrer la "rage de vaincre" à ceux qui pourraient me donner un travail. Sauf que je ne suis pas très doué pour jouer les hypocrites. Car c'est plutôt d'hypocrisie dont on parle au Japon lorsque vous devez chercher du travail. Vous croyiez que les japonais étaient plutôt discrets, fermés, ne montrant que peu leurs émotions ? Vous aviez tort. Enfin presque ! Si cela est vrai globalement, dans le monde du travail ce n'est pas toujours le cas. En fait les employeurs japonais sont peu regardants sur ce que vous savez vraiment faire, le tout est d'être prêt à vous démener pour l'entreprise et ça il faut que votre corps l'exprime, si possible même en exagérant beaucoup. Tout marche à l'apparence ! Comme dans mon article précédent, j'expliquais qu'il fallait systématiquement sortir le costard cravate, le CV écrit à la main et tout autre artifice pour réussir votre véritable cour au recruteur. L'hypocrisie comportementale exagérée en fait partie et je ne pensais pas que les japonais pouvaient y être aussi sensibles.
Alors que faire ? Franchement, je suis pas mauvais à l'oral. Mais jouer la comédie, qui plus est dans une langue que je viens d'apprendre, n'est franchement pas chose aisée ! Moi qui ai cru un moment que l'honnêteté pouvait être récompensée en ce bas monde. Enfin je suppose qu'elle l'est parfois, mais pas dans ce cas de figure. Ou alors la solution est d'être vraiment enthousiaste ! Mais qui peut vraiment se targuer d'être enthousiaste pour son boulot ou pour aller à un entretien ? Même l'entreprise de vos rêves se chargera toujours de prendre vos 8 heures par jour, 5 jours par semaine, et simplement de vous retribuer en argent. On dit que le temps, c'est de l'argent. Mais le temps me semble irremplaçable par l'argent. Rien ne peut remplacer chaque seconde que vous êtes en train de vivre. Alors oui on peut se dire "Mais le boulot, c'est une excellente expérience !". Certes, mais au choix je n'en ferai pas plus de 60% de ma vie. Paresseux ? Non, j'ai toujours eu un tempérament assez vindicatif et libre, je déteste que l'on me mette une laisse en me disant "mais tu vas voir, un salaire, tu seras plus libre ! Travaille et tais-toi maintenant". A quoi bon avoir un salaire si je n'ai pas de temps ?
Bon maintenant, vous vous dites : "Mais qu'est ce que tu fous au Japon bordel alors ? Arrête de te plaindre !". C'est vrai que je me plains souvent, en bon français peut-être. Le Japon est aussi un défi, un enrichissement personnel, une aventure humaine aussi. J'ai la chance d'avoir une superbe famille derrière moi et un amour que j'aime plus que tout et qui malgré mes accès d'exaspération face à la recherche de travail, me donne beaucoup de courage pour avancer.
Mais je ne suis pas le seul. Nombre de japonais deviennent des "freeters" (vivant de petits boulots), pour être plus libres. Malgré le fait que cela paye parfois très mal et que tu ne peux pas vraiment voir à long terme avec ce style de vie. Mais ils sont un peu plus libres que les autres peut-être.
En fait j'ai pas envie de devenir complétement japonais en me disant "mais j'y peux rien". Si vous ne faites que travailler, en fait, vous ne faites rien de spécial pour la société, si ce n'est contribuer à son économie. La réflexion sur le bien-être et le bonheur dans ce pays (que j'aime pour beaucoup d'autres raisons) semble avoir été abandonnée depuis longtemps au profit du tout économique. En témoigne l'élection de Shinzo Abe, qui n'a de mérite que de faire de la dévaluation compétitive pour essayer de relancer le pays, je le remercie quand même car mon pouvoir d'achat a énormément augmenté ces derniers temps, étant donné que je vis avec des euros. Mais rien d'autre ne filtre, les gens ne comptent que sur leur porte-monnaie pour avoir accès au bonheur etc... Mais comment y accéder quand un pays ne se préoccupe même plus du service public dédié à la petite enfance ? Ou du droit des travailleurs à un peu plus de temps libre ? On ne fait que prendre les mêmes pour recommencer : centrales nucléaires tu redémarreras et peuple tu encourageras à travailler toujours plus. Pour quelles raisons ? A quelles fins ? Nos visions sont tellement courtes-termistes !
Enfin bref, je vais arrêter ici mon pavé. Merci à ceux qui ont tenu tout du long, en écoutant ma rhétorique de café du commerce ;-).

A bientôt pour de nouvelles aventures.

 

PS: Je suis désolé pour le formatage un peu bizarre de la police, l'éditeur d'Overblog, n'étant pas ce qu'il y a de plus performant, surtout quand on colle un text édité dans un autre traitement de texte :(.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rom B.
commenter cet article

commentaires

Helios 17/04/2013 14:56

Que dire à part que tu as raison ? J'imagine que tu dois mal en dormir la nuit . Sinon, je ne sais pas trop quoi ajouter, ça ne ferait que te démoraliser encore plus ...

Présentation

  • : Un Réunionnais à Tokyo.
  • Un Réunionnais à Tokyo.
  • : Vie d'un programmeur informatique (web) à Tokyo ayant auparavant grandi à l'île de la Réunion.
  • Contact

Dogecoin

Dogecoin-accepted.png

DGLnbSWisjvr71duQPPa2w3vfu7uwX2xDA

Recherche

Twitter

Twitter-64.png

Venez tweeter avec moi ! @Reunion Tokyo Xpress

 


Liens